Le Banquet Céleste - Cantates et Psaume de J.S.Bach - Maison de la culture de Marche-en-Famenne - Vendredi  7 octobre  20h30

Cantates

Le Banquet Céleste
J.S.Bach

Vendredi 7 octobre à 20h30

Maison de la culture de Marche-en-Famenne (MCFA)

Johann–Sebastian BACH ( 1685- 1750 )
Cantate BWV 82 «  Ich habe genug »
Cantate BWV 84 « « Ich bin vernügt mit meinem Glücke »
Psaume 51 BWV 1083 « Tilge, Höchster, meine Sünden» d’après le Stabat Mater de Giovanni-Battista Pergolesi ( 1710 -1736)

Réserver

VIDEO


Présentation du programme

Cantate BWV 82 «  Ich habe genug » pour alto (1735) Le poète inconnu a pris l'histoire de Siméon comme point de départ de la cantate. Le vieux Siméon reconnaît le Messie en l'enfant Jésus à l'occasion de la visite au temple de Marie avec son fils. Sa vie est ainsi accomplie ( « je suis comblé ») et il peut mourir dans la joie.
L'œuvre ne comporte pas de choral mais deux récitatifs et trois arias. Celles-ci, fait unique chez Bach, emploient presque toutes le même effectif instrumental : hautbois (1er et 3e aria), cordes et continuo sur le mode concertant. L’oeuvre est sur un ton individuel et intimiste.

Cantate BWV 84 « Ich bin vernügt mit meinem Glücke » pour soprano (1727) , Bach composa cette cantate solo à Leipzig en 1727 pour le dimanche qui suit la Fête de la Purification. Elle est considérée à juste titre comme le développement de la Cantate BWV 82 . "

Comme la cantate BWV 82 , le texte est lié à l'Évangile d'une façon assez générale, reprenant l'idée que le chrétien doit se satisfaire de sa part de bonne fortune sans envier ceux qui semblent plus favorisés.
Comme le remarque Klaus Hofmann, les idées sont dans l'esprit du début des Lumières, « éloge de la frugalité, du contentement de ce que Dieu nous a donné, de la satisfaction, de l'absence d'envie envers les autres ».

Psaume 51 BWV 1083 « Tilge, Höchster, meine Sünden» pour soprano et alto ( 1736) . Le Stabat Mater de Pergolesi est l’une des pièces de musique sacrée les plus connues au monde. Cette œuvre poignante a fait le tour de l’Europe dès le XVIIIe siècle,

À une époque où la parodie est un procédé courant, Bach apporte à l’œuvre originale des modifications importantes tant sur le plan mélodique que textuel tout en ayant grand soin de rester fidèle à l’esprit de l’œuvre du napolitain. Une réécriture qui résonne avec le Salve Regina de Pergolesi et le Nisi Dominus de Vivaldi, le prêtre roux ayant eu une influence considérable sur l’œuvre de Bach.

⬆︎

Le Banquet céleste

Deborah Cachet, soprano 
Damien Guillon, contre-ténor et direction 

Marie Rouquié et , violons 
Deirdre Dowling, alto 
Antoine Touche, violoncelle 
Thomas de Pierrefeu, contrebasse
Kevin Manent-Navratil, clavecin et orgue
Patrick Beaugiraud, hautbois
⬆︎

© Julien Benhamou

Le Banquet Céleste est un ensemble de musique ancienne, fondé en 2009, qui réunit autour de la personnalité musicale de Damien Guillon, des solistes vocaux et instrumentaux rompus aux répertoires abordés.
Ces musiciens accomplissent un travail exigeant sur le répertoire baroque, et se produisent sur de nombreuses scènes internationales

Ensemble en résidence à l’Opéra de Rennes depuis 2016, Le Banquet Céleste reçoit l’aide du Ministère de la Culture (DRAC Bretagne), du Conseil Régional de Bretagne, du Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine et de la Ville de Rennes. Le Banquet Céleste bénéficie du soutien de la Caisse des dépôts, Grand Mécène et de la Fondation Société Générale C’est vous l’avenir, Mécène principal de l’ensemble. Le Banquet Céleste est adhérent de la Févis - Fédération des Ensemble Vocaux et Instrumentaux Spécialisés et membre d'ARVIVA – Arts vivants, Arts durables, et s'engage pour la transition environnementale du spectacle vivant.

⬆︎

Avec le soutien de la MCFA - Maison de la Culture de Famenne-Ardenne à Marche-en-Famenne